insurmontable

insurmontable

insurmontable [ ɛ̃syrmɔ̃tabl ] adj.
• 1561; de 1. in- et surmonter
1Qu'on ne peut surmonter. Un obstacle insurmontable. infranchissable. D'insurmontables difficultés. invincible. « Tout ce qu'on avait cru pénible, difficile, insurmontable » (Michelet).
2(Sentiments) Qu'on ne peut dominer, réprimer. Angoisse, aversion insurmontable.
⊗ CONTR. Facile, surmontable.

insurmontable adjectif Qu'on ne peut surmonter : Des obstacles insurmontables. Qu'on ne peut maîtriser, dominer : Une peur insurmontable.insurmontable (synonymes) adjectif Qu'on ne peut surmonter
Synonymes :
Qu'on ne peut maîtriser, dominer
Synonymes :
- incontrôlable
Contraires :

insurmontable
adj. Qu'on ne peut surmonter. Difficulté insurmontable.

⇒INSURMONTABLE, adj.
A. — Rare. [Le subst. déterminé désigne une chose concr. faisant souvent obstacle au passage de qqn ou qqc.]
1. [La difficulté de l'obstacle réside dans son niveau]
a) Que l'on ne peut franchir. Synon. infranchissable; anton. franchissable. Annibal, (...) le plus audacieux de tous (...), escalade les Pyrénées et les Alpes, qu'on croyait insurmontables (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 338). À peine avaient-ils fait dix pas qu'un obstacle aussi imprévu qu'insurmontable surgissait tranquillement devant eux sous la forme d'un mur abrupt leur barrant net tout le passage (COURTELINE, Train 8 h 47, 1888, 2e part., 5, p. 150).
b) Que l'on ne peut dépasser, dominer en hauteur. Nous poursuivrons l'entretien par-dessus la cloison [d'une loge de théâtre] qui n'est pas insurmontable (DUHAMEL, Cécile, 1938, p. 218).
[Le subst. déterminé désigne un obstacle au passage d'un liquide] Au-dessus du niveau duquel un liquide ne peut monter. Élever des digues insurmontables autour de ce sol naguère couvert par les eaux (BONALD, Législ. primit., t. 1, 1802, p. 161).
2. P. ext. [La difficulté de l'obstacle réside dans les limites qu'il oppose au passage, à la progression] Au-delà de quoi il n'est pas possible d'aller. Les dimensions propres de notre plainte (...) assignent d'abord d'insurmontables limites générales à l'extension ultérieure de la population humaine (COMTE, Philos. posit., t. 4, 1839-42, p. 398).
B. — Au fig.
1. Littér. [En parlant d'un inanimé abstr.]
a) Que rien ne peut surpasser dans son genre, à quoi rien ne peut se montrer supérieur. Cet ignoble culte du héros, s'exprimant par une iconographie d'une bassesse insurmontable (LARBAUD, Barnabooth, 1913, p. 124).
b) Dont on ne peut triompher, que l'on ne peut dominer et réduire. Un refus insurmontable d'obéir (BONALD, Législ. primit., t. 1, 1802p. 80). Ce pouvoir sur soi, insurmontable à tout autre qu'à Dieu, (...) constitue la dignité humaine, et rend l'homme semblable à Dieu et supérieur à la matière (BONALD, Essai analyt., 1800, p. 39).
Rem. ,,La construction (...) insurmontable à, amenant le complément de la personne ou de chose qui ne peut surmonter, a totalement disparu`` (DUPRÉ 1972).
c) Qui domine quelqu'un (en l'accablant). Il est profondément vrai de dire que le sentiment d'une fatalité insurmontable est commun à tous les genres de folie (ALAIN, Propos, 1922, p. 434). Ces tentatives pour sortir de l'accablante nécessité, tentatives qui toujours avortent, et toutes pour aller se convaincre une fois de plus que le destin est insurmontable, qu'il faut retomber au bas de la muraille (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 251).
Emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre. [Après l'échec] une voix (...) nous avertit qu'il est vain de lutter et nous ordonne de déposer les armes. Nous heurtons l'impossible et l'insurmontable. Un mur est là (J. VUILLEMIN, Essai signif. mort, 1949, p. 177).
2. En partic., cour. [En parlant d'une chose considérée comme un obstacle s'opposant à l'action, à la progression de qqn]
a) [L'obstacle est extérieur à la pers.] À quoi l'on n'a pas les moyens de s'opposer victorieusement, que l'on ne peut ni faire disparaître, ni dominer. Anton. surmontable. Obstacle, barrière insurmontable; difficultés, empêchements insurmontables. C'est par des tâtonnements, des expériences, après des résistances vaincues ou reconnues insurmontables que notre frontière du nord et du nord-est s'est fixée où elle est (BAINVILLE, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 238) :
1. ... il est toujours difficile d'être heureux; c'est un combat contre beaucoup d'événements et contre beaucoup d'hommes; il se peut que l'on y soit vaincu; il y a sans aucun doute des événements insurmontables et des malheurs plus forts que l'apprenti stoïcien...
ALAIN, Propos, 1923, p. 472.
b) [L'obstacle est intérieur à la pers.]
[Au plan psycho-somatique; en parlant d'une sensation, d'un sentiment, d'un état de conscience] Qui s'impose avec une force telle que l'on ne peut le réfréner, le dominer, le maîtriser même en lui opposant sa volonté, ses ressources morales, psychiques, physiques. La nature du malaise dont elle [la fièvre] s'accompagne (...), c'est l'impression d'être fauché : plus de jambes, une insurmontable envie de dormir (DU BOS, Journal, 1925, p. 366).
SYNT. Ennui, découragement, apathie, lassitude, fatigue, faiblesse insurmontable; pudeur insurmontable; méfiance insurmontable; effroi insurmontable; dégoût, nausée insurmontable; tentation, désir, envie, passion insurmontable; insurmontable antipathie, aversion, horreur, terreur; insurmontable espoir.
Rare. [Au plan intellectuel] Qui ne peut être maîtrisé par l'esprit :
2. Ce mot même d'existence désigne de la façon la plus imparfaite ce qui est au fond un certain climat — ou plus exactement encore la zone d'adhérence ne disons pas au réel, mais à ce que l'esprit doit reconnaître comme proprement insurmontable, comme non susceptible d'être transcendé jamais.
G. MARCEL, Journal, 1927, p. XI.
REM. 1. Insurmontabilité, subst. fém., hapax. Caractère de ce qui est insurmontable. Ces difficultés semblent insurmontables mais faut-il encore ne pas se faire de nouvelles idées fausses au sujet de cette insurmontabilité (Gds cour. pensée math., 1948, p. 468). 2. Insurmontablement, adv. De manière insurmontable. Je me fâcherais (...) si ce havane ne m'inclinait (...) à une sorte de longanimité hébétée, dégradante et insurmontablement agréable (ARNOUX, Roi, 1956, p. 63).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. [1561 d'apr. BL.-W.1-5] 1611 (COTGR.). Dér. de surmontable; préf. in-1. Fréq. abs. littér. : 390. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 697, b) 508; XXe s. : a) 431, b) 531.

insurmontable [ɛ̃syʀmɔ̃tabl] adj.
ÉTYM. 1561, Bloch-Wartburg (1611, Cotgrave); de 1. in-, surmonter, et -able.
1 Qu'on ne peut surmonter. || Un obstacle insurmontable. Infranchissable (→ Condition, cit. 27). || Se heurter à un obstacle insurmontable. Mur (par métaphore). || Barrière (cit. 14) insurmontable.Abstrait. || D'insurmontables difficultés. Invincible (→ Impatient, cit. 7). || Une fatalité insurmontable, accablante.
Rare. Extrême, qu'on ne peut dépasser. Insurpassable (mais insurmontable semble réservé à des emplois péjoratifs).
2 (Sentiments; tendances du sujet). Qu'on ne peut dominer, réprimer. || Angoisse, répulsion insurmontable (→ Causer, cit. 6; frisson, cit. 13).
1 (…) leur aversion naturelle et insurmontable pour le vin (…)
Bossuet, 1re instruction pastorale, XLI, in Littré, Dict., art. Passer, 25o.
2 Supposé que vous m'aimiez véritablement (…) les obstacles qui nous séparent en seraient-ils moins insurmontables ?
Laclos, les Liaisons dangereuses, LVI.
3 Tout ce qu'on avait cru pénible, difficile, insurmontable, devient possible et facile.
Michelet, Hist. de la Révolution franç., III, XI.
4 (…) ils éprouvent, l'un vis-à-vis de l'autre, presque une honte de leur subite et insurmontable timidité.
Loti, Ramuntcho, II, XIII.
REM. Les dér. (rares) insurmontabilité, n. f., et insurmontablement, adv., sont attestés.
CONTR. Facile, surmontable.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • insurmontable — Insurmontable. adj. de tout genre. Qui ne peut estre surmonté. Il a trouvé dans ce dessein des difficultez insurmontables …   Dictionnaire de l'Académie française

  • insurmontable — (in sur mon ta bl ) adj. Qui ne peut être surmonté. Un obstacle insurmontable. •   Pour moi, je cours en Bretagne avec un chagrin insurmontable, SÉV. 3 avril 1680. •   Vous jouez d un malheur insurmontable, vous perdez toujours, SÉV. 9 mars 1672 …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • INSURMONTABLE — adj. des deux genres Qui ne peut être surmonté. Il a rencontré un obstacle insurmontable. Il a trouvé dans cette entreprise des difficultés insurmontables. Obstacle insurmontable. Envie de dormir insurmontable …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • INSURMONTABLE — adj. des deux genres Qui ne peut être surmonté. Il a trouvé dans ce dessein des difficultés insurmontables. Obstacle insurmontable. Envie de dormir insurmontable …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • aversion — [ avɛrsjɔ̃ ] n. f. • 1636; « révulsion » méd. 1537; « égarement » XIIIe; lat. aversio, de avertere « détourner » ♦ Grande répugnance, violente répulsion. ⇒ antipathie, dégoût, exécration, haine , horreur, répulsion, répugnance; phobie. Avoir de l …   Encyclopédie Universelle

  • insurmontabil — INSURMONTÁBIL, Ă, insurmontabili, e, adj. (livr.; despre obstacole, dificultăţi etc.) Care nu poate fi trecut; care nu poate fi depăşit; de neînvins. – Din fr. insurmontable. Trimis de valeriu, 21.07.2003. Sursa: DEX 98  insurmontábil adj. m.,… …   Dicționar Român

  • SPINOZA ET SPINOZISME — Le spinozisme passe ordinairement pour être la philosophie même de la totalité, de la nécessité et de l’éternité. Mais comme ces concepts, destinés à définir l’être de la Substance, ou Nature, sont saisis et posés par la seule raison, en même… …   Encyclopédie Universelle

  • barrière — [ barjɛr ] n. f. • XIVe; de barre 1 ♦ Assemblage de pièces de bois, de métal qui ferme un passage, sert de clôture. ⇒ clôture, haie, palissade. Barrière d un champ. Les barrières d un passage à niveau. ⇒ garde barrière. Ouvrir, fermer une… …   Encyclopédie Universelle

  • difficulté — [ difikylte ] n. f. • XIIIe; lat. difficultas 1 ♦ Caractère de ce qui est difficile; ce qui rend qqch. difficile. La difficulté d une entreprise, d un travail. Difficulté d un texte. ⇒ obscurité. Difficulté d un cas, d un problème. ⇒ complexité,… …   Encyclopédie Universelle

  • gordien — [ gɔrdjɛ̃ ] adj. m. • 1590; lat. Gordius, n. pr. ♦ Nœud gordien. ● gordien adjectif masculin (de Gordias, nom propre) Nœud gordien, nœud inextricable qui attachait le joug au timon du char du roi de Phrygie, Gordias. (La domination du monde était …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”